France : pourquoi les Bleus peuvent se passer de Ribéry

La "routourne" va-t-elle tourner pour Ribéry ? (Crédit photo : Илья Хохлов, Wikimedia Commons)
La « routourne » va-t-elle tourner pour Ribéry ? (Crédit photo : Илья Хохлов, Wikimedia Commons)

Il est retenu dans les 23, mais l’incertitude qui plane autour de l’état de santé de Franck Ribéry commence à peser sur la préparation des Bleus. A deux semaines du premier match face au Honduras, la France doit-elle se passer des services du  Munichois ? A priori oui.

C’est une mauvaise habitude dont l’équipe de France se passerait bien. Après Zidane en 2002 (élongation), Cissé en 2006 (fracture tibia péroné ), Vieira en 2008 (touché à la cuisse) et Mandanda (fissure aux cervicales), les exemples n’invitent pas à l’optimisme.

Manque de bol (ou pas), Franck Ribéry, élu meilleur joueur européen par l’UEFA lors de l’année 2013, pourrait débuter la Coupe du Monde sur le banc à cause d’une lombalgie présente depuis sept semaines. La poisse !

« La routourne à tourné »

Certes, l’international français (80 sélections) jouit d’une forte côte de popularité au Bayern et son influence dans le jeu tricolore n’est plus à démontrer ces deux dernières années. Mais comme le dis si bien cet adepte de la langue française, « la routourne à tourné«  et l’attaquant du Bayern Munich (31 ans) a semblé loin de ses standards habituels lors de la deuxième partie de saison.

En mai, il n’aura disputé que 78 minutes de temps de jeu quand son dernier match entier remonte au 26 avril contre le Werder Brême (5-2).

Ribéry n’a pris part à aucun entrainement collectif

Depuis le rassemblement des Bleus à Clairefontaine, Franck Ribéry n’a pris part à aucune séance d’entrainement collectif. L’information concernant un éventuel forfait de l’international français a filtré dimanche dernier sur France Télévisions. Présent à l’Allianz Riviera, l’attaquant tricolore a assisté sur le banc au match nul des Bleus face au Paraguay (1-1).  Et la perspective qu’il reprenne l’entrainement collectif mercredi est plus qu’incertaine.

Deschamps prêt à prendre le risque

Didier Deschamps sait que le temps est compté mais il semble décidé à jouer son va-tout alors qu’il dispose de 24 heures avant le premier match face au Honduras pour remplacer un joueur blessé selon les règles édictées par la FIFA. Pourtant, rien ne pousserait le sélectionneur à prendre un tel risque.

Dans le meilleur des cas, un Ribéry diminué ne servirait pas la dynamique actuelle des Bleus, alors que Griezmann et Rémy ont démontré qu’ils avaient largement le potentiel pour occuper le côté gauche.

Lacazette ou Cabaye, l’alternative existe

Face à la Norvège (4-0) et le Paraguay (1-1), on s’est rendu compte de la complémentarité des attaquants français. Grâce à son coup de rein, sa qualité technique et son sens du but, l’attaquant de la Real Sociedad s’adapte parfaitement au schéma tactique des Bleus. Rémy, un joueur qui aime la profondeur et les espaces, est une deuxième option crédible pour Deschamps. Autre raison pour laquelle Ribéry n’est pas indispensable aux tricolores : le jeune Cabella et le Lyonnais Lacazette, 15 buts en ligue 1 cette saison, poussent à la porte et sont deux alternatives supplémentaires pour DD en cas de pépin.

Le sélectionneur, qui sera forcément attendu au tournant par les médias français dans sa gestion du cas Ribéry, espère surement un signe du destin. Mais les minutes s’écoulent…

 Pierre Dujol, Observateurs de France 24 à Lyon

The following two tabs change content below.
Pierre Dujol

Pierre Dujol

Pigiste et Mondoblogeur pour la Coupe du Monde au Brésil, le pays de la Samba ! Passionné par le foot et la virtuosité des gestes techniques. Et surtout fidèle supporter de l'Olympique Lyonnais.

3 réflexions sur « France : pourquoi les Bleus peuvent se passer de Ribéry »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *