Et si le forfait de Falcao boostait l’équipe colombienne…

Cette fois, Radamel Falcao ne sera pas de la partie - Photo Juanca Parce - Wikimedia
Cette fois, Radamel Falcao ne sera pas de la partie – Photo Juanca Parce – Wikimedia

Le couperet est tombé : Radamel Falcao, attaquant star de la sélection colombienne, ne fera pas partie du groupe des 23 à rallier le Brésil dans quelques jours. L’annonce a été faite lundi par son sélectionneur José Pékerman lors d’une conférence de presse. Plutôt que de l’affaiblir, ce coup dur pourrait aussi fortifier l’équipe colombienne…

 C’est la fin – prévisible ? – d’un suspense qui aura tenu en haleine tout un pays durant 5 mois. Radamel Falcao García ne chaussera pas les crampons au Brésil. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue ce lundi en Argentine, l’entraîneur de la sélection colombienne a finalement écarté son attaquant-vedette de la liste des 23. « Le Tigre« , comme on le surnomme, ne rugira pas à ce Mondial 2014 et laisse certainement de nombreux supporters déçus.

Jusqu’au bout, beaucoup y auront cru puisque le joueur qui évolue dans le club de Monaco depuis 2013 avait fait le déplacement en Argentine où s’entraîne actuellement  l’équipe colombienne en vue du Mondial. Peine perdue. José Pékerman a estimé que Falcao, victime d’une vilaine blessure aux ligaments en janvier dernier, n’avait finalement pas assez récupéré pour faire partie du voyage.

Illusions brisées ou chance de se relancer ?

On peut regretter une annonce si tardive – voire jusqu’au-boutiste – qui a donné l’illusion à des millions de Colombiens que le meilleur buteur des Cafeteros depuis Faustino Asprilla (20 buts chacun à leur palmarès) serait en mesure de laver l’honneur de leur pays absent de la compétition depuis 1998.

Pourtant, l’éventualité de son absence a progressivement fait son chemin dans la tête de chacun – et sans doute des joueurs – et si l’on étudie bien la question, ce forfait pourrait même être, sans parler d’aubaine, profitable. Pour plusieurs raisons :

1-L’équipe nationale est enfin fixée.
Terminé le petit jeu des devinettes « Jouera ? Jouera pas ? » qui à terme peut être déstabilisant pour les joueurs. Maintenant le groupe emmené par leur capitaine Mario Yepes peut regarder de l’avant, se rassembler autour d’un collectif fort, et non d’un seul joueur, et commencer à appliquer sérieusement la tactique qu’orchestrera José Pékerman.

2-L’absence de Radamel Falcao laisse le champ libre à de nouveaux attaquants moins dans la lumière, et dont la motivation à briller pourrait être décuplée.
On pense notamment à Teofilo Gutierrez qui évolue avec le club argentin de River Plate et auteur d’un but samedi en match amical contre le Sénégal, ou à Carlos Bacca, l’attaquant du FC Seville ayant aussi inscrit un superbe but face aux Sénégalais après avoir fourni la passe décisive à Gutiérrez quelques minutes plus tôt. Mais surtout on pense à James Rodriguez, camarade de Falcao à Monaco, deuxième meilleur buteur de l’ASM et auteur de 4 buts en sélection nationale malgré son jeune âge (22 ans). Des joueurs qui auront tout intérêt à exposer leur talent sur la scène internationale…

3-Enfin, l’abandon forcé du « Tigre » pourrait rassurer les défenses adverses des équipes du Groupe C dans lequel figure la Colombie. Les hommes de José Pékerman auraient alors plus de latitude pour créer la surprise en attaque. Et ce, même en conservant leur statut de favori du groupe C avec la Côte d’Ivoire.

Lors du match de préparation contre le Sénégal samedi dernier (malgré une mauvaise seconde période), les Cafeteros ont démontré qu’ils pouvaient inscrire des buts sans leur attaquant vedette (2-2, score final). Il n’y a donc aucune raison que le fantôme de Falcao plane au-dessus des pelouses du Mondial et gèle l’élan des footballeurs colombiens. Bien au au contraire.

Verdict le samedi 14 juin contre la Grèce lors de leur entrée en lice dans le Mondial 2014 !

Christophe Hulin, Observateur de France 24 en Colombie

The following two tabs change content below.
Christophe Hulin

Christophe Hulin

Journaliste musical-ciné en France pendant 10 ans (Radio-TV-Web), j'ai pris le large vers la Colombie pour découvrir ce pays et le continent Sud-Américain à la recherche de nouveaux sujets d'étude. Ma spécialité : raconter des événements en images en soignant l'esthétisme malgré les nombreuses contraintes liées aux conditions de tournage. Mes domaines de prédilection : la culture, la politique et l'environnement. J'aime l'inventivité face à tout type de situation et la curiosité face à tout ce qui nous entoure. "Derrière les montagnes se cachent d'autres montagnes", un proverbe qui correspond bien à ma façon de penser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *