Sandro Meira Ricci, l’arbitre qui fait peur à la France

L’histoire d’amour façon « Je t’aime, moi non plus » entre le Brésil et la France est loin d’être terminée. Avant une éventuelle rencontre entre « mes » bleus et la seleção, les hommes de Didier Deschamps auront un premier brésilien sur leur route, dès dimanche face au Honduras, en la personne de l’arbitre Sandro Meira Ricci. (Crédit photo : capture d’écran YouTube) Ce dimanche 15 juin, c’est un jeune mineiro de 40 ans qui sera chargé de contrôler les débats entre l’Equipe de France et la selection du Honduras, à savoir l’arbitre brésilien Sandro Meira Ricci.

Un arbitre, trois traumatismes

Quand on sait les rapports pour le moins « étranges » qui règnent entre les Brésiliens et le football français, il y a motif de préoccupation. Considérant son âge, Sandro Meira Ricci – dont je ne remets pas en cause le professionalisme- a vécu trois des plus grands traumatismes de l’histoire du football brésilien.

Il avait 12 ans en 1986 lorsque Platini, patron du « carré magique« , élimina le Brésil au terme du plus beau match de l’histoire de la Coupe du monde, il en avait 24 en 1998 pour la défaite de son pays face aux Bleus au Stade de France et enfin 34 ans lorsque Zidane et Thierry Henry sortirent le Brésil du Mondial allemand.

De plus, sachant les débuts poussifs des arbitres dans cette Coupe du monde au Brésil, on peut se demander si Sandro Meira Ricci aura le mental d’acier nécessaire pour une telle rencontre.

Sa jeune carrière en trois vidéos

Pas de mauvais esprit. Mais, la prudence est récommandée aux hommes de Didier Deschamps, surtout que le Brésil n’est pas non plus le paradis de l’arbitrage : pour un pays organisateur de la compétition, n’être représenté que par un seul arbitre est pour le moins… inhabituel.

Pour ceux qui veulent se faire une idée du profil de Sandro Meira Ricci, crédité FIFA depuis 2010, j’ai sélectionné trois vidéos plus ou moins polémiques illustrant sa jeune carrière:

1. Lors d’un match de la Copa Libertadores, Meira Ricci ignore un penalty clair en faveur des Urugayens du Peñarol alors opposés à l’Emelec de l’Equateur.

2. Loic Rémy s’attend à une opposition plutot physique ce dimanche, alors il serait peut-être utile aux Bleus de savoir que Meira Ricci est du genre à « laisser courir » le jeu comme on dit ici. Souvent loin de l’action, l’arbitre brésilien n’a pas « le carton facile« … alors, prudence.

3. Pour finir, la colère du coach Cuca qu’on a vu notamment avec l’actuel équipe de Ronaldinho, Atlético Mineiro en Coupe du monde des clubs au Maroc. A l’époque, l’entraîneur de Cruzeiro se plaignait de l’arbitrage catastrophique de Sandro Meira Ricci qui accorda un penalty pourtant inexistant en faveur du Corinthians de Ronaldo fenômeno.

Et pour la liste complète de tous les arbitres de la Coupe du Monde 2014 au Brésil, c’est par ici.

Serge KATEMBERA, Mondoblogueur au Brésil

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

6 réflexions sur “ Sandro Meira Ricci, l’arbitre qui fait peur à la France ”

  1. Vous les francais,vous aimez trop polemiquer.toutes les equipes ont joue sans bruit,encore faudrait-on rappeller qu’aucun francais ne siffle ce mondial et vos qualifications chaque fois fabriquees par les arbitres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *