ARBITRAGE : Les Africains seront ils à la hauteur ?

Trois arbitres centraux et six assistants africains vont officier pendant le plus grand événement sportif. Mais au vu de la prestation de certains arbitres lors de différents tournois locaux, on peut se poser des questions sur les prestations que ces derniers auront au pays du football. / Des arbitres burkinabè lors d’un match du championnat local. Photo Boukari Ouedraogo.

22 juin 1986, l’Argentine s’impose 2 à 1 contre l’Angleterre en demi-finale de la Coupe du Monde au Mexique. Diego Maradona ouvre le score pour l’Argentine suite à une faute de main. Et oui, comme celui qu’a marqué Thierry Henry contre l’Irlande. Pour le match de 1986, l’arbitre qui officiait ce jour là était tunisien : Ali Bennaceur. Il n’a rien vu. C’est le but qu’on va appeler plus tard, « La main de Dieu ». L’Argentine s’impose donc après le 2ème but de Maradona, le plus que je considère comme le plus beaux pour ceux que j’ai vu.

12 ans plus tard, l’arbitre marocain, Saïd Belqola officiait avec brio, la finale de la Coupe du Monde Brésil 1998. La France en garde un bon souvenir puisqu’elle s’était imposé 3 à 0 contre le Brésil.

Depuis, l’erreur d’arbitrage de Bennaceur, les instances du football international hésitaient avant de faire confiance à un officiel issu du continent. Les prestations de ces derniers n’ont pas toujours plaidé en leur faveur.

Des exemples à la pelle

Je me pose donc la question de savoir si cette année encore, les arbitres africains seront à la hauteur à la Coupe du Monde. Pour moi qui ai l’opportunité de fréquenter les stades chaque week-end au Burkina Faso, j’ai pu donc voir les arbitres du championnat burkinabè mais aussi des hommes en noirs venus d’autres pays lors de rencontres internationales. Les prestations sont généralement en deçà des attentes.

La preuve : lors de la double confrontation Burkina # Algérie, l’arbitre zambien Janny Sikazwe a été sévèrement critiqué pour avoir accordé un penalty généreux aux Etalons du Burkina alors que clairement, le défenseur algérien avait la main collé sur le corps et caché sur son dos. Le Burkinabè Aristide Bancé a transformé le penalty qui donnait la victoire 3 à 2. Aux Etalons.

Au match retour, c’est l’arbitre Sénégalais Badara Diatta s’est à son tour illustré négativement en refusant un but à l’équipe burkinabè. Mais lors qu’on revoit les images, jusqu’à ce jour, on se demande toujours pourquoi l’arbitre a refusé le but de Charles Kaboré qui aurait pu permis aux Etalons de se qualifier au Mondial Brésilien. Il n’y avait pas de faute avant, ni d’hors jeu. Ensuite, il a mal géré les arrêts de jeu ce qui a suscité la colère des Burkinabè qui ont saisi la FIFA. Même si le Burkina a été débouté, Badara Diatta présélectionné pour la Coupe du Monde a été écarté.

Lors des demi-finales de la CAN 2013 qui a opposé le Burkina au Ghana, l’arbitre Tunisien Slim Jedidi expulse le Burkinabè Jonathan Pitroipa après un deuxième carton jaune pour simulation. Il y avait pourtant faute (même si Pitroipa en a rajouté) et cela a créé un scandale après puisque l’arbitre se serait déjugé lorsqu’il fit son rapport. Une année après, il était l’objet de critique  au Togo lors du match qui a opposé le Maroc au Togo.

Pourquoi ces problèmes récurrents ?

Les arbitres africains seront-ils donc à la hauteur à la Coupe du Monde ? La question se pose à cause de la mauvaise réputation des arbitres de ce continent. Ces derniers seraient facilement corruptibles. Certains manquent de psychologie. Ces messieurs qui évoluent dans des championnats de leur pays qui ont le niveau CFA en France sont souvent impressionnés lorsqu’ils ont en face d’eux, une équipe comportant une pléthore de stars. Pourtant, ce sont eux les maîtres du terrain. Ils doivent contribuer à donner un beau spectacle.

Je pense que les arbitres africains, à l’image de l’Ivoirien Doué Noumendiez que j’ai vu lors du match Chili # Australie (3-1), seront à la hauteur de cet évènement. Tandis que l’arbitre du match Cameroun # Mexique s’est complément troué en refusant deux buts aux mexicains ou celui du match Brésil # Croatie qui a donné un coup de pousse au brésilien Fred, Doué Noumendiez et ses deux assistants ont bien vu que, sur ce qui aurait pu être l’égalisation australien à la 54ème mn, il y avait hors-jeu. Pourtant, ce n’était pas évident.

L’État d’esprit des arbitres africains a changé. Ils sont moins complexés depuis la prouesse de Saïd Belquola puisqu’après d’autres ont suivi comme le Togolais Koffi Codja arbitre en 2002 et 2006 . Les arbitres africains seront à la hauteur à cette Coupe du Monde. Ils seront des Saïd Belqola. Les arbitres africains sont également à la recherche de la gloire qu’ils ne créeront pas de scandale comme l’a fait Ali Bennaceur.  Et pourquoi pas, l’un d’entre eux pourraient officier la finale!

Boukari Ouedraogo, Mondoblogueur à Ouagadougou, Burkina Faso

The following two tabs change content below.
Boukari Ouédraogo
Boukari Ouédraogo est journaliste multimédias et blogueur burkinabè passionné des nouveaux médias, du cinéma et du sport. Il blogue depuis 2009 pour le compte de Mondoblog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *