Italie-Uruguay : Natal, terrain de jeu… ou de bataille ?

Le match Italie-Uruguay, qui qualifiera une équipe pour les huitièmes de finale et éliminera la seconde –  aura lieu mardi soir  à Natal, capitale de l’Etat de Rio Grande do Norte, dans le tout nouveau stade Arena das Dunas de 42.000  places. Le choc s’annonce bouillant.

Natal, c’est la plus orientale des villes brésiliennes, située sur la ligne de l’Equateur. Ici, au XVIe siècle, les Portugais ont construit la Fortaleza dos Reis Magos – le Fort des Trois Rois – le premier bâtiment créé pour défendre la colonie portugaise contre les attaques des pirates français.

En 1633, Natal a été conquise par les Hollandais, avant que les Portugais ne reprennent leur bien vingt-et-un ans plus tard, en 1654. Voilà pour l’histoire avec un grand H. Mais mardi, c’est une autre histoire qui va s’écrire à Natal : celle du football et de ce Mondial 2014.

Mesures de sécurité impressionnantes autour d’un simple entraînement

Lundi, l’entrainement de l’Italie a été ouvert au public, et au moins 6.000 personnes se sont retrouvés à l’intérieur de l’établissement  pour prendre des photos et chanter, avec des drapeaux et les visages peints, pour demander des d’autographes.

Jean Bruschini credit
Un jeune supporter italien à Rome (Crédit photo : Jean Bruschini)

Comme dans toutes les autres villes du monde, le gouvernement brésilien ne veut pas prendre de risques et les mesures de sécurité pour un simple entraînement étaient vraiment impressionnantes. Le long des routes menant au stade, il y avait des patrouilles de soldats, tandis les alentours étaient surveillés par les équipages Bope, les unités spéciales de la police militaire, la seule qualifiée pour entrer dans les favelas. Tout cela avec la couverture aérienne d’un hélicoptère, qui a surveillé la situation jusqu’à ce que le bus de l’équipe italienne soit de retour à l’hôtel.

Les « espions » au service de Tabarez

C’est « le match le plus important de ma carrière… nous sommes déterminés à gagner » a déclaré Cesare Prandelli  à la presse avant ce match décisif face à l’Uruguay.

Mais les joueurs de la Celeste connaissent bien leur adversire du soir puiqsue Martin Caceres (Juventus), Edinson Cavani (ex-Napoli) et Alvaro Gonzalez (Lazio) sont des habitués du football italien. Vous pouvez parier que leur avis sera inestimable pour le sélectionneur uruguayen Oscar Tabarez.

Plus qu’un match, c’est une bataille celle qui s’annonce !

Le calcul est simple : une victoire ou un match nul, et c’est l’Italie qui verra les huitièmes de finale. En revanche en cas de défaite, la Squadra Azzura prendrait la porte. Et ça, l’attaquant uruguayen Luis Suarez l’a bien compris : « Je tiens à vous battre« , « Battistuta, mon idole » et « L’Italie a des lacunes en attaque, nous allons en profiter« , a-t-il déclaré au cours des derniers jours

Si il a un grand respect pour l’Italie, Tabarez n’en garde pas moins aussi une immense confiance dans son équipe nationale, comme il l’a expliqué avant le match :

« La peur n’existe pas dans le football mais dans la vie. Inquiétudes ? Oui, je suis inquiet pour Balotelli : il est jeune et c’est un vrai spécialiste en face de l’objectif. Je ne sais pas à quoi m’attendre face à l’Italie, sincèrement. Si nous avons une chance de les battre, nous allons essayer de le faire. Nous savons comment ils jouent et nous avons une grande expérience, nous savons aussi qui nous sommes et d’où nous venons. Jouer contre l’Italie est un don de Dieu. »

La rencontre s’annonce d’ores et déjà bouillante…

►►► Pour retrouver tous les articles de Jean Bruschini, Observateur de France 24 à Rome, cliquez ici.

The following two tabs change content below.
jeanbruschini
Auteur, Artiste et éditeur, vit à la campagne, à quelques kilomètres de Rome. L'écriture? Une profession et une passion. Sur Skype: Shemazay Né en Italie, il a vécu en France et au Canada

Une réflexion sur « Italie-Uruguay : Natal, terrain de jeu… ou de bataille ? »

  1. Je vous félicite par ton article et je souhaite de la chance à Italie et son peuple dans le match de tout á l’heure.
    Je voudrais vous dire que Natal n’est pas le point plus oriental du Brésil. La pointe Seixas, à João Pessoa, environ 180 km de Natal, la capitale d’état de la Paraíba, c’est là le pointe plus oriental, non seulement du Brésil, mais ausi de l’amerique.
    Amicalement,
    Fabio Santana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *