Uruguay : El Pistolero, le vampire récidiviste

Il a remis ça ! Déjà suspendu en 2010 puis en 2013 pour avoir mordu un adversaire, l’attaquant uruguayen Luis Suarez s’en est pris mardi à l’épaule du joueur italien Giorgio Chiellini. Ce coup de dent – capté par les caméras de télévision et immédiatement repris et détourné par les internautes du monde entier – en dit long sur un personnage controversé.

Fou pour les uns, génie pour les autres : Luis Suarez est un joueur qui ne laisse personne indifférent.

Lundi, lors du match entre l’Italie et l’Uruguay, décisif pour l’avenir des deux équipes dans ce Mondial, l’attaquant de Liverpool et de la Celeste s’est rendu coupable d’un geste inadmissible, qui n’a pas fini de faire réagir : alors qu’il ne restait que 10 minutes à jouer, El Pistolero a profité d’un contact avec Giorgio Cheillini pour planter ses dents dans l’épaule du milieu de terrain italien.

Une pluie de détournements

Cette agression totalement folle a évidemment fait le tour des réseaux sociaux, qui ont débordé d’imagination : ainsi, certains ont détourné les images de la Goal Line Technology pour prouver qu’il y avait bien eu morsure, tandis que d’autres faisaient appel à leurs classiques du septième art :

Et quand il n’endossait pas le costume d’un dinosaure ou d’un  serial killer, Luis Suarez s’est retrouvé dans la peau d’un chien qu’il faudrait envoyer  à la fourrière, ou sur lequel on devrait placer une collerette.

Suarez, ce récidiviste

Mais derrière ces détournements se cache un geste qui n’a en réalité rien d’étonnant pour un joueur déjà sanctionné à deux reprises dans sa carrière pour des agressions de ce type. La première, c’était en 2010 : alors qu’il portait le maillot de l’Ajax, Luis Suarez avait mordu Otman Bakkal (PSV Eindhoven) avant d’écoper de sept matchs de suspension.

Rebelote trois ans plus tard, à Liverpool : cette fois, c’est le défenseur de Chelsea Branislav Ivanovic qui est victime des dents de El Pistolero, suspendu 10 rencontres. La dernière morsure en date est donc loin d’être surprenante, et avait même été prévue en avril 2013 par le Docteur Thomas Fawcett, un psychologue du sport interrogé par la BBC après l’agression d’Ivanovic :

Je dirais que dans les cinq prochaines années, si quelque chose venait toucher la corde sensible de Suarez dans une situation similaire, il réagirait de la même façon.

Le main contre le Ghana, son autre coup d’éclat

La légende autour de Luis Suarez ne tient cependant pas qu’à ses coups de dents. Le joueur s’est illustré par d’autres triches en tout genre, relevées par le site de So Foot, et dont la plus célèbre date du 3 juillet 2010, lors du quart de finale de Coupe du monde entre l’Uruguay et le Ghana.

Durant les prolongations, l’attaquant des Black Stars Adiyiah reprend un ballon de la tête qui file vers le but de la Celeste. Et alors que le portier est dépassé, c’est Suarez qui s’interpose et arrête le ballon de la main. Le joueur est logiquement expulsé, mais le Ghana rate le penalty qui suit avant de s’incliner durant la séance de tirs aux buts. Le journaliste de France 24 Alexandre Capron, présent au stade ce jour-là, se rappelle d’une anecdote qui en dit beaucoup sur la personnalité du joueur :

« Quelques minutes après le match, je me retrouve en zone mixte, ou Forlan et compagnie passent devant la presse. Puis Suarez arrive. Tous les journalistes se ruent sur lui, et je me retrouve coincé entre la barrière et les journalistes, juste devant lui. Et je l’entends dire distinctement en espagnol : « Je suis fier de mon geste, d’avoir fait ça pour mon pays, c’est comme une main de dieu qui nous a sauvé ». A ce moment-là, j’ai compris que ce mec n’avait aucun honneur, aucun panache. « 

Le problème, c’est que ces histoires ternissent l’image d’un footballeur unanimement considéré comme génial : meilleur buteur de Premier League cette saison (31 buts), convoité par les plus grandes écuries européennes – dont l’enthousiasme pourrait cependant être refroidi par l’épisode de lundi – Suarez fait briller les équipes dans lesquelles il joue.

Vers une fin de Mondial ?

Dernier exemple en date : la phase de groupes du Mondial. A peine remis d’une opération du genou, Suarez assiste depuis le bord de la pelouse à la défaite des siens face au Costa Rica (1-3).

Pour le match suivant face à l’Angleterre, déjà décisif pour l’Uruguay, Suarez est sur le pré et inscrit deux buts qui relancent son équipe autant qu’ils éliminent les Three Lions.

L’Uruguay n’est donc pas aussi dangereuse avec Suarez que sans : dommage pour la Celeste, elle pourrait être privé de lui pour la fin de la coupe du Monde. Car si le joueur a tenu à minimiser l’incident – déclarant qu’il ne fallait pas en faire « toute une histoire » – la Fifa a ouvert une procédure disciplinaire et devrait bientôt se prononcer sur cette affaireEl Pistolero pourrait être suspendu pendant plusieurs matchs et voir son Mondial s’arrêter sur cette morsure.

The following two tabs change content below.

Une réflexion sur “ Uruguay : El Pistolero, le vampire récidiviste ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *