Neymar : «Nous sommes mal formés à la base»

Le 7-1 infligé par l’Allemagne au Brésil a été qualifié par un journaliste de « score fleuve éducatif« . Nous sommes là en face d’un nouveau concept dans le football mondial. Le monde du ballon rond attend avec une certaine impatience la finale de la Coupe du monde dimanche 13 juillet 2014 au Maracanã, mais au Brésil l’heure est à la remise en question du football national. (Crédit photo : Danilo Borges, Wikimedia Commons)

D’aucuns attendait que les meilleures réponses viennent de Felipe Scolari et Parreira – pas moi en tout cas – , pourtant c’est bien Neymar, apparemment transformé depuis son passage au FC Barcelone qui a trouvé les meilleures formules pour « expliquer » le drame de ce mardi au stade Mineirão de Belo Horizonte, quand l’Allemagne a désintégré la Seleção.

« On nous enseigne mal à jouer au football au Brésil. Nous n’apprenons plus les fondamentaux », a-t-il rappelé devant un parterre de journalistes stupéfaits par une telle maturité sortant de la bouche d’un garçon de 22 ans.

La Seleçao dans le déni ?

« C’est mon père qui m’a appris à faire le minimum qu’un joueur de football doit faire : contrôler le ballon, faire des passes… Il m’a appris plus que tout autre entraîneur que j’ai eu dans ma carrière… », a révélé Neymar invité jeudi à la Granja Comary pour réconforter ses coéquipiers.

Le discours de Neymar contraste avec le spectacle surréaliste offert par Felipe Scolari et Parreira un jour plus tôt. Les deux hommes se sont enfermés dans le déni jugeant leur travail « positif » malgré « une défaite accidentelle ».

Carlos Alberto Parreira a eu le courage de lire la lettre d’une certaine Dona Lúcia, ménagère, qui de son propre aveu « ne comprend rien au football » , mais qui en revanche « savait juger les hommes »...  Pour elle, « le travail des deux hommes forts de la Seleção a été positif », s’est empressé de dire Parreira apparemment satisfait de compter avec le soutient d’une mystérieuse supportrice.

« Nous avons honte« 

Toutefois, Neymar, plus que jamais lucide reconnait que « la Seleção a présenté un football raisonnable », ce qui est trop peu en comparaison avec l’histoire du football brésilien.

« Nous avons honte. Nous avons commis une erreur et serons marqués par ce score fleuve qui n’appartient pas à notre histoire, mais des jours meilleurs viendront« 

Samedi, la Seleção affronte la Hollande pour le match de la troisième place, mais ici au Brésil tout le monde a le regard fixé vers le futur, c’est-à-dire, vers l’urgence de copier ce qui se fait de mieux aujourd’hui dans le monde : l’Espagne et l’Allemagne.

Reste à savoir si les bonnes personnes feront ce qui est nécessaire pour y parvenir.

►►►Pour retrouver tous les articles de Serge KATEMBERA, Mondoblogueur au Brésil, cliquez ici.

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

10 réflexions sur “ Neymar : «Nous sommes mal formés à la base» ”

  1. moi je trouve qe luis felipe scolari est inapte de changer un match quand il se voit bloquer!
    le brésil est arrivé en ¼ de final c’est grâce à l’expérience professionnelle des joueurs eux-mêmes!

  2. la seléçao a fait une bonne prestation en coupe du monde mais, ils ne pouvaient pas faire mieux
    !!!!!!! le football est avant tout un sport collectif donc ils doivent revoir leur equipe car on ne peut pas compter sur un seul joueur dans le football…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *