Un pays africain, champion du monde au Brésil ?

3 juin 2014

Un pays africain, champion du monde au Brésil ?

Alex Song fait partie des 23 Camerounais retenus pour la Coupe du monde (Crédit photo : mustapha_ennaimi, Wikimedia Commons)
Alex Song fait partie des 23 Camerounais retenus pour la Coupe du monde (Crédit photo : Mustapha_ennaimi, Wikimedia Commons)

Ceci est mon premier billet concernant la Coupe du monde. Je suis africaine et lorsque j’écris ces lignes, c’est avec un pincement au cœur. Aucun pays africain n’a gagné de Mondial, et ça fait 44 ans que ça dure. La meilleure performance d’une équipe africaine ? Les quarts de finales. L’Afrique a pourtant des représentants au Mondial depuis 1970 et la première participation du Cameroun, mon pays, date de 1980. Je vous parlerai des différents pays en lice. Mais pour l’heure – sujet que je maîtrise le mieux – je le ferai essentiellement pour mon pays.

Six étoiles sur le maillot camerounais, pour notre sixième participation au Mondial. C’est énorme pour les 20 millions de personnes qui vibrent pour les Vert-Rouge-Jaune.

Le Cameroun, c’est mon pays. Le pays de Roger Milla, d’Eto’o Fils, de Marc-Vivien Foe et de Patrick Mboma, soit de tous ceux qui ont fait les beaux jours de l’Afrique.

1990, la belle épopée

En 1990, alors que le Cameroun représentait le continent africain en Italie, les Lions indomptables avaient frappé d’emblée un grand coup en disposant du champion du monde, l’Argentine ! L’épopée s’était poursuivie contre la Roumanie et la Colombie, avant de s’arrêter (injustement) contre l’Angleterre aux portes des demi-finales.

Les Lions indomptables dominent largement, mais les dompteurs anglais finissent par avoir raison de leur pugnacité et de leur courage. Affaire de métier. Un homme émerge du team africain : Roger Milla, l’artiste du ballon rond. L’Egypte, l’autre ambassadeur africain, passe totalement inaperçue.

Le 2 juin, la ville boue déjà au rythme des Lions…

Grande nation de football, c’est grâce à cet étendard que nous sommes, aujourd’hui, pour la plupart connus dans le monde. Cependant, ce billet ne sera pas dithyrambique. Je suis une camerounaise et on dit chez nous,  « qui aime bien, châtie bien ».

Parlons tout d’abord de l’ambiance au pays. Il est attendu ce Mondial. Je l’attends en y mettant toute l’espérance de voir un pays africain gagner cette compétition. Ce qui est peut-être le sentiment qui anime aussi les Vert-Rouge-Jaune. Les planifications, les coins détentes dans les entreprises sont réaménagés, de nouvelles télévisions, de nouveaux abonnements au câble, la frénésie du maillot est bien présente sur tout notre beau triangle national.

Certains vont plus loin en achetant des groupes électrogènes pour ne perdre aucune miette de cette coupe du monde, la fourniture d’électricité aussi vacillante que la lueur d’une bougie dans une grotte. Quoi ? C’est vrai !

L’union sacrée, il faut la créer coûte que coûte 

Notre dernière participation à une compétition internationale a fait couler beaucoup d’encre à Knysna. Les joueurs y ont montré une image qui ne sied pas aux couleurs camerounaises. Ça devrait être dans l’air en Afrique du Sud. Des querelles entre dirigeants, des crises d’adolescents qui allaient d’anciennes générations de joueurs à la nouvelle, un capharnaüm qui a rendu l’atmosphère autour des Lions horrible…

Cependant depuis le début de la préparation, nos très chers journalistes sont bizarrement muets. Durant la dernière compétition, il n’y avait pas un jour sans un sujet sur les Lions indomptables. Cette année, il est invraisemblable de dire que le Cameroun participe à une Coupe du monde. Alors, j’ai interrogé un de mes amis journalistes qui m’a soufflé officieusement : « C’est l’union sacrée… » Ok ça, même un enfant l’aurait compris. C’est tout ? Il me dit oui ! Bref, faisons l’union. Mais moi, je ne suis pas journaliste. Je suis une blogueuse, j’en parle.

Les préparations

Quatre matchs de préparations sont prévus avant la phase finale. Après une victoire face à la Macédoine le 26 mai (2-0), une défaite contre le Paraguay trois jours plus tard (1-2), et un match nul avec l’Allemagne dimanche dernier (2-2), le dernier rendez-vous sera contre la Moldavie au Cameroun (le 7 juin) à Yaoundé.

Je vais essayer de ne pas faire ma troll. Le dernier match se joue au pays. Il faut créer l’union sacrée. Mais repartir du Cameroun tout en sachant qu’il faut au moins 22 heures sans escale pour arriver au Brésil, ne serait-ce pas un handicap majeur pour une équipe en pleine préparation ? On a dit Union sacrée. Sacrons!

Bring back our penalty

Les 23 joueurs convoqués sont connus. La liste a enfin été dévoilée lundi  2 juin par le sélectionneur Volter Finke.

La préparation était un test. Le couperet est tombé. Les moins bons ont été recalés. Idrissou, attaquant, a payé sa perte de sang-froid devant le gardien allemand. La sélection est rude. Les sanctions sont sans sentiments. Le ton est donné pour la compétition. Le signe est fort. Elle me réconcilie avec cette assertion : on y va pour gagner. Union Sacrée !

La liste des Miaou est connue ! On a beau être dur, mais on reste des supporters : versatile à souhait.

Allez,

Son’a ponda

 Danielle IBOHN, Mondoblogueuse à Douala

 

 

Partagez

Commentaires

dania
Répondre

Ma douce, ca va ? Très beau billet, juste un problème: Tu as dit "La meilleure performance d’une équipe africaine ? Les demi-finales"? Non! jusqu'ici, le Cameroun, le Sénégal et le Ghana n'ont atteint que les quarts de finales. Sourire...

Danielle Ibohn
Répondre

Ham... Lapsus corrigé ;)

eli
Répondre

Sacrée Danielle! Pour une fois que les Camerounais veulent s'unir autour de leur équipe, je crois que je vais m'y mettre aussi. Une équipe africaine championne du monde? Je réponds oui..à condition de professionnaliser le foot local, le doter d'infrastructures modernes et former les joueurs sur place.

Danielle Ibohn
Répondre

Ha contente d'entendre ça Eli ... Lol! Allez, l'Afrique! Pas le pays hein ;)

JR (abcdetc)
Répondre

Envoie moi un fanion pour que je vous soutienne…
J'ai toujours été supporter des équipes africaines avec leur terrible appétit de jouer face aux calculateurs, techniciens, froids du Nord.
Je me souviens de la présence du Zaïre dans la compétition.
Je me souviens tellement d'un Roger Milla sautillant.
Je me souviens même d'un Sénégal France en 2002, où je n'avais osé dire mon plaisir. J'ai pas assez l'esprit chauvin, me reproche parfois mon fiston.
Sourire

serge
Répondre

mais... on parle du zaire ici...

JR (abcdetc)
Répondre

Eh, un peu de respect pour les vieux, d'accord ?
Sourire

Danielle Ibohn
Répondre

LoL Robert ;) Haaaaaa Ravie de te lire. J'ai pas pu écrire dans ton carnet :( A la prochaine et vive les Lions.. Ham les coqs, mieux je ne dis rien LoL

serge
Répondre

"Je suis blogueuse, donc j'en parle", joli syllogisme... ;)
"Union sacrée, sacrons !", tu me tue petite... lol
Merci pour la bonne humeur

Danielle Ibohn
Répondre

LoL Je t'en prie Serge ;)

nathyk
Répondre

Super billet Cynthe !

Danielle Ibohn
Répondre

Oh! c'est gentil nathalie ;)

Osman
Répondre

La vie prend fin, là où l’on cesse de rêver. Hoho, je te taquine, quoi. Non, mine de rien, j’aimerais bien savourer une équipe africaine dans le dernier carré de la compétition. Désolé de ne pas pouvoir supporter ton projet, car je soutiens l’équipe que vous soutenez presque tous, malgré la présence de vos pays dans la compétition. Ne me demandez pas laquelle, svp :)