Avec la Goal Line Technology, la FIFA dessine le football du futur

Article : Avec la Goal Line Technology, la FIFA dessine le football du futur
16 juin 2014

Avec la Goal Line Technology, la FIFA dessine le football du futur

Une victoire… et une innovation technologique. L’équipe de France a battu dimanche le Honduras 3-0, avec une deuxième but validé suite à une nouvelle innovation récemment adoptée par la FIFA : la Goal Line Technology (GLT). Explications. (Crédit photo : Marcello Casal Jr, Wikimedia Commons)

Les Bleus ont démarré la Coupe du monde de la plus belle des manières en s’imposant dimanche  3-0 contre de rudes Honduriens. Une grosse bouffée d’air pour aborder sereinement leur deuxième match à venir contre une équipe Suisse qui a perdu beaucoup d’énergie à se défaire de l’Équateur.

Mais ce qui restera l’événement marquant de ce match, c’est la mise en application d’une nouvelle technologie, la Goal Line Technology, qui vient suppléer l’arbitrage sur des actions litigieuses sur la ligne de but. Le tout fonctionne grâce à une montre bracelet portée par l’arbitre, et connectée à un dispositif qui lui indique si le but est valable ou pas.

La France, férue des innovations de la FIFA

La France revêt encore l’habit du pionnier d’un nouveau dispositif de la FIFA, comme par le passé pour la règle cruelle du but en or, qui avait permis aux Bleus de se qualifier pour les huitièmes de finale  de la Coupe du monde 1998 contre le Paraguay – victoire 1-0 en prolongations grâce à une réalisation de Laurent Blanc – et d’accéder à la finale puis de remporter l’Euro 2000, d’abord en battant le Portugal (2-1 a.p.), puis l’Italie (2-1 a.p.).

La Goal Line Technology, annoncée comme parade à l’arbitrage vidéo retoqué par l’instance mondiale du football, fait de plus ses grands débuts dans un contexte particulier : celui de lutte pour la présidence de la FIFA.

La guerre Blatter/Platini

Sepp Blatter, 78 ans, actuel président de l’instance suprême du football mondial, a en effet annoncé qu’il briguerait un cinquième mandat malgré les soupçons de corruption qui visent l’attribution du tournoi 2022 au Qatar et les prochaines élections. Or avec ce nouveau juge des lignes de but, le Suisse prend une longueur d’avance sur Michel Platini, favorable à l’ajout d’un cinquième arbitre, et qui lui avait retiré officiellement son soutien, le 12 juin dernier.

« Je pense que la Fifa a besoin d’un souffle nouveau (…) Et à l’avenir, Blatter, je ne le soutiendrai plus », avait déclaré Platini dans une interview.

Cette petite guéguerre entre Blatter et Platini n’a pas échappé aux internautes qui ont aussitôt saisi dans l’insolite «No goal » et « goal » un atermoiement qui préluderait une organisation de logistique de fraudes aux bénéfices du Qatar pour l’édition du mondial de 2022

https://twitter.com/Maelgar/status/478268666501685248

Une innovation déjà menacée ?

La Goal Line technology, malgré ce ptit couac de départ dont la France a encore su tirer les ficelles, fait un début retentissant transformant ce match du groupe E une rencontre complètement historique qui fera date.

Son destin dépendra forcément de la composition de la future direction de la FIFA. Et au regard des nouvelles rivalités qui s’annoncent entre détracteurs de Blatter et de l’arbitrage vidéo, la vie de ce dispositif ne tiendrait plus qu’à une ligne.

Partagez

Commentaires

Serge
Répondre

bel article :)