RDC : à Goma, le match… des écrans géants !

Article : RDC : à Goma, le match… des écrans géants !
Étiquettes
3 juillet 2014

RDC : à Goma, le match… des écrans géants !

Alors que les équipes entament les quarts de finale, à Goma, c’est une autre compétition qui a lieu. Deux grandes enseignes ont installé, à deux endroits différents de la ville, des écrans géants et n’hésitent pas à se livrer tous les coups possibles pour attirer le chaland.

Dans la ville de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, la Coupe du monde a fait oublier le nombre des morts causés par l’insécurité qui y règne. Les fans du ballon rond bénéficient de la concurrence de deux entreprises de télécommunication, Vodacom  et Tigo qui ont placé deux écrans géants accessibles à tous.

Ici le courant électrique demeure une denrée rare. Les quartiers les plus pauvres passent souvent des semaines sans électricité. Ces sociétés rivales de téléphonie mobile qui opèrent dans la ville ont donc profité de ce cette occasion pour placer deux mastodontes. Leur objectif : attirer les habitants des quartiers Birere, Mabanga, Katindo souvent dépourvus de courant électrique au moment des matchs.

D'un côté, l'écran géant installé par Tigo... / Photos Thierry Kayandi
D’un côté, l’écran géant installé par Tigo… / Photos Thierry Kayandi

Une « guerre » qu’on voit et entend partout

Sur les chaînes de radio et de télévision de Goma, les chargés de communication et de marketing de ces deux entreprises ne cessent de passer pour faire la pub des produits qu’ils revendent sur place. Chacun pense offrir le meilleur service aux clients qui inondent chaque soir à partir de 18 heures les deux espaces où sont  installés les écrans géants.

Problème : quand les uns suivent le match, les autres se font cambrioler dans des quartiers sans électricité.

« Je venais de suivre le match Côte d’Ivoire – Japon devant un de ces écrans géants quand j’ai trouvé ma porte ouverte, mon matelas et mes appareils électroménagers emportés par un voleur »

m’a expliqué Monsieur Bwira. Il avait un poste téléviseur, mais pas de courant électrique dans son quartier, c’est pourquoi il a suivi une bonne partie de la Coupe devant les écrans.

IMG_20140701_011622

De l’autre, l’écran installé par Vodacom avec plusieurs chaises et sièges / Photo Thierry Kayandi

Des écrans qui posent problème

Sur une chaîne privée locale, le président fédéral de l’UDPS, un parti politique d’opposition, a accusé la SNEL (Societé nationale d’électricité ) de privilégier les quartiers dans lesquels se trouvent les deux écrans géants au détriment de certains secteurs de la ville qui restent donc dans l’obscurité. Pour ce représentant politique, ces sociétés de télécommunication sont supposées avoir les moyens de leur marketing et pourraient utiliser leurs groupes électrogènes pour pallier l’absence totale de courant.

La réponse de la société d’électricité ne s’est pas fait atteindre. Elle a expliqué dans un communiqué que la population devait « éteindre les ampoules non essentielles » pour ne pas surcharger la diffusion du courant…  et donc laisser le maximum de courant possible pour les écrans !

Ainsi les fans de football à Goma peuvent suivre les matchs… mais à quel prix ?

 

Thierry Kayandi, Observateur de France 24 à Goma, République démocratique du Congo

Partagez

Commentaires

joachim kahindo
Répondre

c'est toute la RDC quie est frappée par ce fléo du courant électrique!on se demande,avec 2 barrages hydroelectriques qui allimentent le nord et le sud-kivu,le rwanda et le burundi,seul la population congolaise est victime de ce menque du courant electrique plus que dans les pays avec lesquels nous partageons la source.