Carton jaune : le foot est un sport de voyous, et c’est mieux ainsi

BILLET D’HUMEUR | Pour le blogueur camerounais René Jackson Nkowa, le football n’est pas un sport épargné par la triche et les coups tordus en tout genre. Mais c’est justement ce qui fait son charme… (Crédit photo : Andrea Sartorati, Wikimedia Commons)

J’ai remarqué une étrangeté il y a quelques jours en regardant le match amical qui opposait le Mexique au Portugal : l’arbitre du jour portait un flacon sur sa hanche. Pourquoi ? Je n’allais pas tarder à le savoir.

Faute. Coup franc. L’arbitre place le mur à plus ou moins neuf mètre du ballon. Dégaine sa bonbonne. Et s’en sert pour tracer un trait blanc sur la pelouse. Le mur ne doit pas traverser ce marquage. Le jeu doit être juste. Soit. Sauf que le football a toujours été jalonné de coups tordus en tous genres. Et c’est aussi ça qui fait le charme de ce sport.

Les scandales, habitué des Mondiaux

On ne doit pas retenir de cette nouvelle édition de la Coupe du monde que les dribbles chaloupés de Lionel Messi, on ne doit pas retenir que les coups francs magistraux de Cristiano Ronaldo, on ne doit pas retenir que les débordements latéraux-repiquages dans l’axe-frappes enroulées d’Arjen Robben (les connaisseurs appellent ça « La Spéciale »). Et enfin, on ne devra pas retenir que la victoire du Cameroun le 13 juillet au Maracaña de Rio !

Ce qui fait la Coupe du monde et le football en général, ce sont aussi leurs scandales. Ces fourberies qui font rentrer une compétition dans la légende. En 2010, on a eu le but refusé de Lampard contre l’Allemagne. Depuis 2006, on se demande ce que Materazzi a bien pu dire à Zidane pour qu’il pose de façon si douce son illustre crâne sur sa poitrine. En 2002 il y a eu l’arbitrage scandaleux du huitième de finale Corée du sud – Italie. En 1994, il y a eu le contrôle positif de Maradona. En 1986, il y a eu la main de Dieu du même Maradona. En 1982, Harald Schumacher sèche Patrick Battiston d’un coup digne des maîtres du kick-boxing … Et l’arbitre n’a pas bronché. Quelques jours auparavant, un Emir koweïtien descendait sur la pelouse et réussissait à faire annuler un but marqué par la France contre l’équipe de son pays.

Donnez-nous du scandale !

En vérité, beaucoup plus de gens se rappellent de la main de Maradona au Mexique en 1986 que de la victoire de l’Argentine au terme de cette même Coupe du monde. Le peuple veut de la sueur, du sang et de la polémique. Ce sont ces ingrédients qui permettront de tenir pendant les quatre prochaines années, jusqu’au Qatar ( ?)

Donc si un mur ne peut plus réduire d’un petit mètre la distance qui le sépare du ballon lors d’un coup franc, si les ballons doivent être bardés d’électronique pour permettre de savoir combien de nanomètres du cuir a passé la ligne, si on ne peut plus gagner dix insignifiants mètres lors d’un lancer de touche, si on ne peut plus contester les décisions arbitrales, alors ça n’en vaudra plus la peine. Si le football professionnel devient un sport policé, lisse, sans aucune aspérité, il faudra fermer boutique. Car nous les footeux, on devra se replier sur les rencontres de sixième division – c’est-à-dire les matchs entre quartiers voisins – pour retrouver le doux parfum du scandale. Ou en termes plus justes, les matchs qui se terminent par une joyeuse distribution de coups de poings.

PS : Ceci n’est pas une apologie de la violence sur les terrains. 🙂

René Jackson NKOWA, Mondoblogueur à Douala, au Cameroun

The following two tabs change content below.
René Jackson Nkowa
Diplômé de faculté de droit et d'école de commerce, je me passionne pour la communication, le management et l'écriture. Un peu geek sur les bords, j'aborde la vie avec une certaine poésie. Bonne lecture.
René Jackson Nkowa

Derniers articles parRené Jackson Nkowa (voir tous)

5 réflexions sur “ Carton jaune : le foot est un sport de voyous, et c’est mieux ainsi ”

  1. Sympa ce billet René ! J’imagine le plaisir que tu as donc logiquement ressenti en regardant le match d’ouverture jeudi soir…

  2. Et scandale après scandale on en arrive à contester la victoire de tel ou tel autre équipe.ce n est plus la victoire au plus fort mais à l équipe qui à la préférence de la FIFA…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *