BRESIL : La Coupe du monde c’est aussi… dans la radio

PORTRAIT | A Natal, dans le nord-est du Brésil, tout le monde n’a pas forcément la possibilité d’avoir accès au stade de 45 000 places. Ceux qui n’ont pas le précieux sésame ne regardent pas pour autant les matchs à la télévision. Les radios à lampe, qui ont marqué des générations, sont petit à petit tombées en désuétude, mais quelques collectionneurs les font encore vivre. Notre Observateur Fabio Santana a rencontré l’un d’entre eux. (Crédit photo : Fernando de Paula, collectionneur de radio à lampes, chez Old Radio, à Natal, Brésil/Fabio Santana).

Il semble si loin le temps où les émissions de radios ont surgi dans nos postes… En 1896, c’est l’Italien Guglielmo Marconi, après avoir mis en pratique les découvertes et théories des scientifiques Michael Faraday, James Maxwell, Thomas Edison et Henrich Hertz, qui a popularisé la radio au Brésil et partout dans le monde.


Notre Observateur nous explique le fonctionnement d’une radio à lampes / Vidéo Fabio Santana

Il semble si loin ce temps là, remplacé par des images captées en temps réel dans toute sorte d’appareils électroniques, télévisions, téléphones portables, ordinateurs, etc… Les événements internationaux comme la Coupe du monde nous rappellent à quel point chaque image peut être vue instantanément par des milliers de personnes simultanément dans le monde entier.

Il semble si loin ce temps là, où plusieurs personnes s’entassaient dans les restaurants, dans les maisons, sur les places des quartiers, tous en rond autour d’une radio pour suivre la voix d’un commentateur de matchs de foot. Au Brésil,  la première Coupe du monde à être suivie à la télévision ne date que de 1962 au Chili. Avant, nous comptions sur la radio pour nous faire vivre ces moments là.

« IL » A VÉCU CETTE ÉPOQUE

Mr. Fernando de Paula dans la table de réparations des radios à lampe de lui (Crédite Photo Fabio Santana).
Mr. Fernando de Paula dans la salle de réparations des radios à lampe , chez Old Radio à Natal, Brésil (Crédit Photo Fabio Santana).

Ici à Natal, nord-est du Brésil, il est « Monsieur Radio ». Fernando de Paula originaire de Rio a 38 ans. Il a vécu à cette époque. Grâce à sa dextérité, il a fabriqué beaucoup de ces appareils qui ont fait la joie des auditeurs. Aujourd’hui, il continue de perpétuer cette passion dans le quartier Alecrim. Réparateur de radios à lampe, un métier rare, témoin de l’Histoire…

C’est avec fierté que Fernando me montre ses répliques de radios, précieusement conservées. Avec un sourire nostalgique, il me raconte l’émotion que la radio lui procure, crier lors d’un but, imaginer les actions… :

« Lorsque j’étais un gamin, dans les années 1950, j’ai fait des études de répateurs radios, puis j’ai travaillé dans l’entreprise Phillips. Mes meilleurs souvenir de radios, ce sont les cris interminables des animateurs de radios lorsque la Seleçao marquaient lors des Coupes du monde 1958 et 1962. A l’époque, il fallait attendre deux semaines avant de pouvoir voir les images des buts. Les gens se réunissaient dans les cinémas pour voir ces images animées.  La radio, au contraire, c’était l’instantanéité,  les frissons. »

Mr. Fernando de Paula chez Old Radio.
Mr. Fernando de Paula chez Old Radio à Natal, Brésil (Crédit Phot par Fabio Santana).

Le technologie, c’est magnifique, mais honnêtement, cette époque me manque. La radio, laissait place à davantage d’imagination : chacun pouvait se créer sa propre scène, imaginer la joie du joueur lorsqu’il marquait un but… je trouve que la télévision a créé de l’uniformité, chacun voit la même scène, vibre de la même façon. »

Fernando n’a d’ailleurs pas acheté de place pour aller voir les matchs qui se joueront à Natal… je vous laisse devenir comment il suivra les matchs.

Fabio Santana, Observateur à Natal, Brésil.     

The following two tabs change content below.
Santana
Salutations à tous! Je m'appelle Santana Fabio. Je suis brésilien. Je suis né à Recife, le chef-lieu de l'état du Pernambouc, au nord-est du Brésil. Actuellement, j'habite à Natal, le chef-lieu de l'état du Rio Grande do Norte. Je suis Ingénieur d'Halieutique. Je travaille au domaine de l'Aquiculture. Toutefois, je suis tout d'abord un passionné par la francophonie. Voilà !

5 réflexions sur “ BRESIL : La Coupe du monde c’est aussi… dans la radio ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *