Plus de Champions League pendant une année de Coupe du Monde !

BILLET D’HUMEUR | Le bilan de cette phase de poule de Coupe du monde nous place devant un problème de fond que personne, je le crains, n’aura le courage d’aborder. C’est pourquoi j’y consacre un billet : faut-il arrêter de jouer la Ligue des Champions pendant une année de Coupe du monde? Réponses sans langue de bois. (Crédit photo : ewin.11/Wikimedia Commons)

Un spécialiste du sport de haut niveau a récemment posé une question qui n’a eu que très peu d’échos: faut-il arrêter avec les hymnes nationaux avant les matchs ?

S’il a eu une sacrée peur d’aller au bout de son idée, reconnaissons-lui le mérite d’avoir osé critiquer un phénomène qui n’ajoute rien au sport, si ce n’est gratter l’égo démésuré de nos politiques tels que madame Merkel et monsieur Hollande

Ribéry, Ronaldo, Ramos, Modric, Messi… Epuisés !

Pour revenir à mon problème du jour, vous avez dû remarquer l’état physique dans lequel se sont présentés les différents « cracks » des scuadras nationales venues disputer le Mondial brésilien : Cristiano Ronaldo totalement en deçà de ses moyens – le portugais traîne sa tristesse sur les terrains, il donne peine à voir – , Ribéry qui a peur des piqûres et abandonne une Coupe du monde parce que « ses lombaires ne le laissent pas courir« , Xabi Alonso et Xavi diminués à cause de l’âge et par le nombre incalculable des matchs disputés…

Les madrilènes, par exemple, étaient tellement obssedés par La Décima – leur dixième Ligue des Champions – qu’ils en ont oublié le Mondial. La preuve ? Ramos et Alonso ont été l’ombre d’eux mêmes au Brésil.

L’autre jour, en suivant un prometteur Cameroun-Croatie, j’ai dû éteindre ma télévision pour ne pas voir le pauvre Modric faire le match le plus nul de sa carrière. Le génial croate n’a simplement pas les moyens de jouer… les conséquences, la saison prochaine en club.

Et que dire des Pirlo, Diego Costa et autres Messi qui ont joué au forceps. La question est d’autant plus pertinente qu’il s’agit de sauvegarder le sprctacle de ce qui reste le « plus grand tournois des nations au monde« .

Le Graal, c’est le Mondial

Je sais que monsieur Platini ne sera pas d’accord avec moi et peut-être verra-t-il dans ce texte une énième manipulation concoctée contre sa personne par le perfide Sepp Blatter.

Eh bien, non ! Pour moi, le Graal du football, le sommet à atteindre reste une Coupe du monde. La Champions League, même un Diego Milito peut la remporter, mais un Mondial, c’est réservé à quelques élus comme Zidane, Ronaldo ou Kempes.

Un exploit réalisé en ce tournoi qui se joue durant un mois reste dans les annales du sport plus que tout autre record battu dans une quelconque compétition. Encore un exemple : qu’est-ce qui est plus impressionant : marquer 15 buts en Coupe du monde comme Miroslav Klose ou planter 17 pions en C1 comme Ronaldo en C1. Ne cherchez pas, la réponse est claire.

Vous voulez un autre exemple ? 2006, en Allemagne. Tout le monde attend avec impatience l’entrée en jeu de Ronaldinho, nouveau dieu du ballon rond qui sort d’une saison stratosphérique avec Barcelone, surtout grâce à sa belle épopée en Ligue des Champions. Seulement voilà, « Ronnie » ne met pas un pied devant l’autre, il est totalement carbonisé, hors de sa forme optimale après une saison interminable… Oscar, le joueur le plus « utilisé » à Chelsea avec ses 80 matchs sous les crampons en est aussi la preuve.

Messi ne sera pas Maradona sans un Mondial

La vérité est là : la Ligue des Champions ne doit pas être disputée lors d’une année de Coupe du monde. J’ai de la peine à voir Cristiano Ronaldo traîner son corps musclé sur les pelouses brésiliennes comme la pauvre bête décrite par Kafka dans « La Métamorphose« .

Tant qu’ils n’auront pas brillé en Coupe du monde, qui ici osera dire que Messi est du niveau d’un Maradona ou que Cristiano Ronaldo soit du même calibre qu’une « Pantera negra« , Ô Eusébio… Repose en paix, champion, après avoir tant brillé en Coupe du monde, le seul tournoi où les hommes se forgent une légende.

Alors, je le répète, qu’on supprime la Ligue des Champions en année de Coupe du monde, car finalement, les peuples ne se rappellent que de ceux qui brillent avec leurs maillots nationaux.

Serge KATEMBERA, Mondoblogueur au Brésil

The following two tabs change content below.
Serge
Serge Katembera est congolais, diplomé en journalisme. Doctorant et chercheur en Sociologie des Nouveaux Médias à l'Université Fédérale de Paraíba au Brésil. Il est l'auteur d'articles publiés dans des révues académiques brésiliennes et internationales.

3 réflexions sur “ Plus de Champions League pendant une année de Coupe du Monde ! ”

  1. Serge, je crois que tu blagues. Tu vas demander aux gens de l’UEFA et même de la FIFA de tirer un trait sur leurs bénéfices ? Quitte à supprimer la Coupe du monde…
    Ceci dit, je suis totalement d’accord avec toi. La Coupe du monde a été instaurée pour rendre compte du niveau du développement du football dans les pays membres de la FIFA. Mais cette compétition n’a rien à voir avec ce qui se passe réellement. Les Anglais ont un championnat du tonnerre mais sont nuls en Coupe du monde. Les seules personnes qui tirent leur épingle du jeu sont les responsables du football et les patrons des sociétés de paris sportifs. Pour le spectacle et l’amour du drapeau et toutes les autres fadaises qui nous font pourtant vibrer, il faudra repasser.

    1. Je pense la Coupe du monde est plus importante… mais la Champions League rapporte tellement d’argent aux clubs que c’est rêver que d’espérer une trève pendant les années de Mondial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *