CAMEROUN : « Les Lions Indomptables ont re-tué Marc Vivien Foé »

COUP DE GUEULE | Avant le début du Mondial, j’avais fait le rêve que les Lions indomptables respectent la mémoire d’un grand joueur, Marc-Vivien Foé, et nous fassent vibrer comme à son époque. Mais plutôt que d’avoir ravivé sa mémoire, l’équipe de cette année l’a re-tué. ( Crédit photo : Egghead06, Wikimedia Magnus Manske).

Tout mon espoir reposait sur toi. Fameuse compétition. Et je vais vous dire pourquoi. Primo, elle tombait bien. Au mois de juin. Un mois souvent emprunt de tristesse pour nombre de Camerounais. Car, comme moi, ils se souviennent encore de l’écroulement dans le rond central du stade de Gerland à Lyon en France, du grand Lion Marc Vivien Foé. C’était le 26 juin 2003 lors du match Cameroun – Colombie (1-0) comptant pour les demi-finales de la Coupe des confédérations.

11 ans plus-tard, « la terre du football » accueille la Coupe du monde de football. Une belle occasion pour les Lions Indomptables de rendre un vibrant hommage à ce passionné et amoureux inconditionnel du football qu’était Marc Vivien Foé. Ceci à travers un « football champagne », comme on dit au bled. Avec à la clé, de bons résultats.

J’avais fait un rêve…

En fait, c’est le rêve, comme celui de Martin Luther King Jr, que j’avais fait au lendemain du match amical Cameroun – Allemagne (2-2). Mais hélas ! C’était sans compter sur le manque d’engagement des « millionnaires du football » qui ont d’abord refusé de prendre le drapeau national entre les mains du Premier ministre au stade Ahmadou Ahidjo.

Les supporters camerounais dans la ville
Les supporters camerounais dans la ville

Jusque là, le supporter que je suis avait encore l’espoir. Même après la défaite (1-0) face au Mexique. Ne vous avais-je pas dit qu’un lion reste un lion ? Devant la Croatie (4-0), j’ai compris qu’un lion peut, à un certain moment, devenir un chat. Malgré ma fougue, je me suis vu asphyxié par le poids des buts encaissés. Des bagarres entre joueurs d’une même équipe et la création d’une nouvelle danse (avec le coude) appelée la « Song’or ». Une nouvelle danse parce qu’on n’aime pas le copié/collé chez nous. Sinon, ça devait être un coup de tête comme celui de Zinedine Zidane à Materazi lors de la finale de la coupe du monde 2006.

Est-ce devant le pays organisateur que les Lions Indomptables vont faire quelque chose ? Pas plus. Car,  porté par tout un pays, on a assisté à une journée porte ouverte (de buts) dans les goals camerounais. Au lieu d’honorer valablement la mémoire de Marc Vivien Foé, vous avez davantage contribué, chers Lions indomptables, à son assassinat et son oubli en ce mois de souvenir. Oui. Vous avez re-tué Marc Vivien Foé. C’est pourquoi, des supporters, en maillots, se baladent la tête baissée dans les rues de Douala. Est-ce que c’est facile alors ?

Si j’étais président de la République…

1-      Comme mon homologue, le feu général Gué, je conduis toute la délégation, sans exception dans un camp militaire. Pour avoir souillé avec honneur le drapeau tricolore, chaque membre chantera l’hymne national, en marquant les pas sur place et en recevant quelques coups de bâtons aux fesses. Ainsi, la fibre patriotique naîtra dans la conscience de tous. Et avant de porter dorénavant ce maillot, chacun comprendra qu’il est différent de celui d’un club.

2-      Comme en France, je vous ferai rembourser, jusqu’au centime près, la prime de 56 millions de Fcfa (environ 85496 euros) revendiquée par chacun de vous. Car, c’est l’argent du contribuable qui a été mis à votre disposition. Afin que vous alliez salir l’image de tout un pays.

3-      Comme au Nigéria, il y a quelques années, je sevrais cette équipe nationale de football de toute compétition internationale pendant au moins cinq ans. C’est vrai que la Fifa interdit l’ingérence du politique dans les affaires de football. Mais, il le faut. Cela permettra de soigner cette tumeur qui tue à petit feu le football camerounais.

Aieeee !!! Voila, c’est encore un rêve. Comme celui évoqué au départ. Fin du game !

Frank William BATCHOU, Observateur de France 24 à Douala, Cameroun

The following two tabs change content below.
Je suis blogueur et journaliste camerounais depuis quelques années. Je suis basé dans la ville de Douala.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *