Belgique : les Diables revenus la tête basse au pays

Sortis de la compétition par l’Argentine, les Diables rouges belges sont rentrés au pays. Malgré un parcours plus qu’honorable, ce retour du Brésil s’est fait dans une ambiance plutôt morose, au grand dam des supporters… (Crédit photo : fdecomite, Wikimedia Commons)

Être éliminé en quart de finale par l’Argentine, et de manière imméritée, ce n’est pas la même chose que de se prendre raclée comme le Brésil face à l’Allemagne. Alors pourquoi ce retour « tête basse » des Diables rouges au pays ? « Nous voulions aller plus loin !« , s’expliquent les joueurs. « Merci pour ce beau parcours », rétorquent les supporteurs.

On ne s’explique pas la volonté de Marc Wilmots de ne vouloir rien faire de festif pour ses Diables, alors que tout un peuple s’est unifié autour d’eux lors de ce Mondial. Sept petites minutes pour saluer leurs fans ! Pas sympa, Messieurs les joueurs…

« Pas de fête en Belgique »

A l’issue de la rencontre fatale, l’entraîneur belge avait fait la déclaration suivante : « Il n’y aura pas de fête en Belgique« . Samedi soir, toute la population noir-jaune-rouge se demandait si elle ne rêvait pas, ou plus. Car de rêve, il en fut question lors de cette Coupe du monde.

Y aller relevait déjà de domaine de l’onirique, après une disette de douze années. Passer le premier tour, en tête, sans défaite, premier de la classe, cela contribuait à affoler encore plus les têtes. Passer les huitièmes – par la petite porte il est vrai – mais pouvoir faire partie des huit meilleurs, là on ne rêvait plus, on y était.

Les joueurs n’ont pas senti les vibrations des fans restés au pays

En revanche se prendre un but, dans le premier quart d’heure contre l’Argentine, et devoir courir après le score, cela redevenait du réalisme. Mais ne pas vouloir organiser un fête pour « remercier » toutes les personnes qui croyaient en cette équipe, non on ne peut abonder dans ce sens.

Trop de kilomètres séparaient Wilmots des fans, sans doute. Il ne pouvait sentir toutes les vibrations belges après chaque rencontre. Il ne devait pas, dans son franc parlé habituel, déclarer de telles choses. On fait, on fait pas… et le supporteur lambda ne s’y retrouvait pas.

Rendez-vous le 6 septembre ?

En fin de compte, une petite sortie des Diables de… 7 minutes, alors qu’ils passèrent bien plus de temps près du roi, dans une réception aux frais des contribuables, avant de s’en aller pour de bon ! Qu’ils ne viennent pas se plaindre de n’avoir pu réunir que… 5 000 personnes sur la Place des Palais de Bruxelles. On nous dit qu’il y aura une « fête » le 6 septembre, alors que les gamins seront rentrés à l’école et que les parents au travail (bien que ce soit un samedi). Merci la fédération, merci monsieur le coach, merci monsieur le capitaine, merci les Diables, pour cette reconnaissance de VOS supporteurs.

Tout comme un artiste ne peut pas vivre sans ses fans, tout comme un écrivain ne peut subsister sans ses lecteurs, une équipe de football ne peut résister au temps sans ses adeptes.

Les laisser tomber comme cela relève du non-respect, et nous ne vous félicitons pas. Les plus acharnés espèrent maintenant voir la qualification pour l’Euro 2016, en France. Pour les autres, ils se réservent le droit d’attendre pour voir…

►►► Pour retrouver tous les articles de Robert GENICOT, cliquez ici.

The following two tabs change content below.
Robert Genicot
Blogueur d'Europe, blogueur du Monde, curieux mais pas toujours d'accord avec cette Europe, ni ce Monde... Ostende, Belgique, je vous invite... Venez nombreux, vous ne serez pas déçus.

Une réflexion sur “ Belgique : les Diables revenus la tête basse au pays ”

  1. Les joueurs sont tristes, cela peut se comprendre. Mais quand même ils auraient du faire une fête. Rien que le retour au pays, ça se fête, on ne sait jamais, ils auraient pu mourir au Brésil. En tout cas, les fans espagnoles sont plus compréhensifs que ceux de la Corée du Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *